Accueil > Actus > Précarité énergétique, habitat insalubre : le Baromètre Velux de l'habitat sain révèle le coût sanitaire et social du mal-logement

Précarité énergétique, habitat insalubre : le Baromètre Velux de l'habitat sain révèle le coût sanitaire et social du mal-logement

L'édition 2017 du Baromètre Velux de l'habitat sain, réalisé en collaboration avec les instituts Ecofys, Fraunhofer IBP et Copenhagen Economics, fait apparaître les corrélations saisissantes entre les conditions de logement et les risques sanitaires.



Précarité énergétique, habitat insalubre : le Baromètre Velux de l'habitat sain révèle le coût sanitaire et social du mal-logement
Velux

Manger ou se chauffer ? Tel est le dilemme auquel sont confrontés 49 millions d'Européens (soit un sur dix) à chaque nouvelle journée de froid. Et les conséquences sont lourdes : les personnes en situation de précarité énergétique (c'est-à-dire dans l'incapacité de se chauffer convenablement en hiver) sont deux fois plus nombreuses à souffrir de problèmes de santé.

82 milliards d'euros : le coût annuel des affections respiratoires en Europe
Les particuliers ne sont pas les seuls à payer le prix du mal-logement : le coût direct et indirect des seules affections respiratoires (parmi les nombreuses pathologies liées aux cadres de vie humides) s'élève à 82 milliards d'euros par an pour les Etats européens : 42 milliards pour les traitements liés à ces maladies et 40 milliards dus aux arrêts de travail et aux pertes de productivité consécutifs aux maladies.

Bien-être et économies d'énergie : les deux moteurs pour rénover
L'amélioration de la performance énergétique n'est pas la seule raison de rénover une maison : près de deux Français sur trois envisageraient une rénovation pour améliorer le confort et le bien-être de leur famille.
Combinées, ces deux incitations doivent jouer un rôle majeur pour lancer durablement la dynamique de rénovation énergétique en Europe. Nombreux seraient les effets vertueux : gains en santé, baisse du coût sociétal et réduction des émissions de CO2, mais aussi effet de catalyseur sur la croissance économique des pays européens.
Il suffirait de rénover 2 % de l'habitat européen chaque année pour diminuer de moitié le nombre de logements humides à l'horizon 2050 ; le nombre d'Européens souffrant d'affections respiratoires dues à l'humidité s'en verrait réduit de 25 %.
Le Baromètre Velux de l'habitat sain met en évidence que l'amélioration du bien-être et du confort de vie dans l'habitat prime sur les économies d'énergie comme levier de motivation pour rénover son logement (65 % contre 59 %).

P.G.
CONTACTER L'AUTEUR EN MESSAGERIE PRIVÉE
Code de vérification :*



soleil

Le temps à 5 jours
dans votre région

Prévisions détaillées à 4 jours
sur 5800 codes postaux
avec évolutions
toutes les 3 heures

  • BATIMAT se profile à l'horizon
  • Maisons individuelles, quoi de neuf depuis 10 ans ?
  • Les artisans, professionnels du patrimoine
  • La nouvelle campagne de communication en faveur de l'Artisanat
  • L'état de santé du bâtiment au T3 2009

Abonnement en ligne
à la revue