Accueil > Actus > Actualités > En France > Défaillances et emploi salarié : des indicateurs en voie de stabilisation 
11/05/2017

Défaillances et emploi salarié : des indicateurs en voie de stabilisation 

Cette édition du baromètre de l'artisanat Maaf-ISM (Institut supérieur des métiers) analyse pour la première fois le poids des entreprises artisanales dans l'économie des territoires. Les défaillances d'entreprises baissent de 11 % et l'emploi salarié se stabilise. 



Défaillances et emploi salarié : des indicateurs en voie de stabilisation 
© Maaf-ISM

Les défaillances d'entreprises artisanales de moins de vingt salariés ont baissé en 2016. 22 167 défaillances ont été enregistrées l'année dernière, soit une baisse de 11 % par rapport à 2015. La tendance se confirme dans toutes les régions à l'exception de la Corse (+ 33 %) et des DOM (+ 4 %). Le Centre Val-de-Loire (- 24 %), la Bretagne (- 17 %), les Pays de la Loire (- 17 %) et la Normandie (-17 %) sont les régions où les défaillances reculent le plus.

La baisse des défaillances est conjuguée à une hausse du nombre d'entreprises artisanales sur le territoire. Ces dernières ont augmenté de moitié depuis 2004, passant de 800 000 entités à 1 326 000 en 2015. Cette accélération est observée dans toutes les régions, mais plus particulièrement en Ile-de-France, en Guyane et en Corse. Le ressort de cette dynamique s'explique pour grande partie par le régime du micro-entrepreneur. Les régions de métropole ayant connu la progression la plus importante de leur nombre d'entreprises sont celles où la part des micro-entrepreneurs parmi les indépendants est la plus élevée.

Autre bonne nouvelle, après sept années consécutives de destruction d'emplois (- 140 000 emplois sur la période), l'année 2016 est marquée par une stabilisation de l'emploi salarié dans les TPE artisanales de moins de vingt salariés. En 2016, 1,6 million de salariés étaient employés dans des entreprises artisanales, un nombre stable par rapport à 2015 (+ 0,15 %). Tous les territoires ne sont néanmoins pas concernés. Cette embellie concerne principalement l'Ile-de-France (+ 1,7 %), la région PACA (+ 0,9 %), l'Occitanie (+ 0,6 %) et les DOM (+ 3 %).

Dans les régions du littoral atlantique, l'emploi salarié reste relativement stable, mais poursuit sa baisse dans le reste du territoire français, notamment dans les régions du Nord : Hauts-de-France (-1,5 %) Normandie (- 1,3 %). Le Centre Val-de-Loire (- 1,7 %) reste le territoire le plus impacté. Cette évolution varie également selon les secteurs d'activité. Si on observe une stabilisation dans le secteur du BTP (+ 0,1 %) et dans l'alimentation (+ 0,4 %), l'emploi salarié progresse de manière plus importante dans le secteur des services (+ 1,4 %). Le secteur de la fabrication reste en souffrance, à l'instar des PME de l'industrie, et poursuit sa baisse entamée depuis 2000 (- 1,6 %).

Une densité plus élevée dans la moitié sud du territoire
Depuis quinze ans, le nombre d'entreprises artisanales a augmenté plus vite que la population : la densité moyenne d'entreprises artisanales est ainsi passée de 132 entreprises pour 10 000 habitants en 2000 à 199 en 2015. Pour autant, la densité du tissu artisanal par rapport à la population varie de 1 à 3 selon les régions (138 entreprises pour 10 000 habitants dans les Hauts-de-France, 376 en Corse). Les régions du sud de la France se démarquent par une densité supérieure à la moyenne.

La densité des emplois salariés reproduit les mêmes contrastes Nord/Sud, la densité la plus élevée en métropole étant celle de la région Auvergne-Rhône-Alpes (277 emplois pour 10 000 habitants) suivi de la région PACA (262), et cela malgré la présence plus importante d'entreprises employeuses dans l'artisanat du nord de la Loire.

Un poids économique plus important dans les départements ruraux
Au national, une entreprise sur trois (31 %) est artisanale dans le tissu économique marchand, mais le poids économique varie considérablement selon les départements. Alors qu'il est généralement moins élevé dans les départements urbains et en région parisienne (12 % à Paris, 16 % dans les Hauts-de-Seine, 27 % dans les Bouches-du-Rhône), le poids de l'artisanat est beaucoup plus élevé dans les territoires ruraux avec un taux maximum dans la Creuse (46 %) suivi de la Haute-Saône (45 %), du Lot et de la Corrèze (44 %).

La localisation des entreprises varie également selon leur activité. Alors que les secteurs du bâtiment, de la fabrication agro-alimentaire ou encore le travail du bois sont plus souvent implantés dans les territoires ruraux, d'autres types d'activités sont quant à elles localisées dans des aires urbaines. En effet, l'artisanat de service et de transport sont surreprésentées dans les grandes agglomérations, notamment en région parisienne.

L'artisanat dans les territoires : une France aux multiples savoir-faire
Des spécialisations locales sont observées dans les territoires en fonction des marqueurs de l'économie locale et des habitudes de consommation (comme la charcuterie en Normandie). Des concentrations d'activité apparaissent également dans les métiers du BTP (globalement plus denses dans les Bouches-du-Rhône ou en Corse) ou des services (la fleuristerie dans le Nord et le Calvados, la coiffure et les soins de beauté dans les Alpes-Maritimes). La ville de Paris, quant à elle, conserve un rôle leader dans les activités liées à la mode.

Code de vérification :*



soleil

Le temps à 5 jours
dans votre région

Prévisions détaillées à 4 jours
sur 5800 codes postaux
avec évolutions
toutes les 3 heures

  • BATIMAT se profile à l'horizon
  • Maisons individuelles, quoi de neuf depuis 10 ans ?
  • Les artisans, professionnels du patrimoine
  • La nouvelle campagne de communication en faveur de l'Artisanat
  • L'état de santé du bâtiment au T3 2009

Abonnement en ligne
à la revue