Accueil > Actus > Actualités > En France > Compteurs communicants gaz : retours d'expérience sur le pilote de déploiement
14/12/2017

Compteurs communicants gaz : retours d'expérience sur le pilote de déploiement

GRDF a mené onze expérimentations avec le soutien de l'Ademe sur quatre territoires pilotes des Hauts-de-Seine suite à la pose des premiers compteurs communicants gaz, de janvier 2016 à avril 2017. Voici les retours d'expérience.



Compteurs communicants gaz : retours d'expérience sur le pilote de déploiement
© Ademe

GRDF a lancé un pilote de déploiement des compteurs communicants gaz, de janvier 2016 à avril 2017 sur quatre territoires, afin de préparer le déploiement généralisé et le remplacement de onze millions de compteurs de gaz à horizon 2022. A cette occasion, près de 167 000 dispositifs de comptage ont été posés. Au-delà du volet industriel du pilote, des expérimentations ont été conduites à cette occasion, avec pour finalités de déterminer les leviers d'appropriation par les consommateurs de leurs données de consommation gaz pour favoriser la maîtrise de l'énergie et de préciser de quelle façon les acteurs peuvent s'emparer de ces données pour créer ou renforcer des services.

Afin de répondre à ces objectifs, onze expérimentations pilotées par GRDF avec le soutien de l'Ademe, ont été menées sur les quatre territoires pilotes des Hauts-de-Seine (communes de Rueil-Malmaison, Nanterre et Puteaux), de la région lyonnaise (Lyon IV, Lyon IX et Caluire-et-Cuire), du Havre et du Pays de Saint-Brieuc (dix-huit communes), du premier trimestre 2016 au deuxième trimestre 2017.

Un intérêt des ménages et un potentiel de maîtrise de l'énergie confirmé sous certaines conditions

Les expérimentations confirment que les ménages interrogés ont un réel intérêt pour leurs données de consommation dès lors qu'ils en comprennent la signification et l'usage potentiel. Lorsqu'elles leurs sont présentées et expliquées de manière pédagogique, les consommateurs en voient bien les utilisations possibles en termes de maîtrise de l'énergie. Sans cette confrontation directe, les données restent trop abstraites pour susciter l'intérêt et ne permettent pas d'entrevoir des utilisations concrètes. La mise en place d'une communication adéquate et d'actions de pédagogie est donc indispensable pour que les consommateurs en comprennent les enjeux en termes de maîtrise de l'énergie. Ces actions doivent en outre être adaptées à l'hétérogénéité des profils des ménages.

Les expérimentations ont révélé une large diversité dans les attentes des ménages en termes de fonctionnalités pour visualiser et analyser les données et d'accompagnement ainsi que des profils d'utilisation des données très différents. Elles ont montré la richesse et la diversité des utilisations envisagées qui renvoient à des questions pratiques que les ménages se posent sur leurs consommations, de la gestion de leurs factures à la compréhension de leurs consommations, de la gestion de leurs équipements domestiques à l'éducation des enfants, du suivi à la réforme des pratiques.

Deux grands types de stratégies

Deux grands types de stratégies (ou de logiques) d'usage des données de consommation ont été identifiées, déclinées chacune en plusieurs modalités : des stratégies passives et des stratégies actives. Dans les deux cas, les modalités d'usage (ou de non-usage) ne sont pas exclusives les unes des autres, mais peuvent se combiner entre elles.

Les stratégies passives sont surtout le fait des personnes appartenant aux couches les plus populaires de l'échantillon étudié, les plus démunies à la fois financièrement, techniquement et culturellement. Certains ménages sont pourtant déjà très attentifs à leurs consommations, ne serait-ce que pour des raisons budgétaires.

Les stratégies actives renvoient à des usages réguliers ou pérennes (optimiser le suivi, gérer ses factures), ou à des utilisations ponctuelles. Les usages réguliers s'inscrivent le plus souvent en continuité de pratiques de suivi déjà existantes et concernent une part relativement restreinte de ménages. Cependant, une majorité des ménages étudiés s'est déclarée intéressée pour faire une utilisation au moins ponctuelle des données de consommation (pédagogie, mieux comprendre ses consommations, estimer l'impact de moments singuliers, vérifier et évaluer). Ces utilisations ponctuelles favorisent la production de connaissances nouvelles sur les impacts énergétiques des usages et suscitent ainsi l'attention énergétique et une meilleure maîtrise de l'énergie.

Quelle qu'en soit la nature, toutes ces stratégies, sans exception, mettent en avant un objectif de réduction des consommations de gaz, que ce soit pour des raisons financières ou, plus rarement, environnementales : « faire des économies », « pour économiser », « mieux consommer », « mieux gérer ses consommations », « moins consommer pour plus d'écologie. Consommation responsable », « pour envisager des solutions durables pour mieux consommer ». Les données de consommation et leur utilisation sont bien appréhendées sous l'angle de la maîtrise de l'énergie.
Les consommateurs mobilisent leur sens pratique et leurs savoirs d'usage pour comprendre les données et établir un diagnostic des consommations. Leur analyse repose essentiellement sur la mise en comparaison des données, par rapport aux périodes précédentes et par rapport à d'autres consommateurs. Par ailleurs, dans cet exercice comparatif, les données météorologiques sont essentielles pour comprendre les variations de consommation. L'interprétation passe ensuite également par la mobilisation des expériences de vie et l'analyse des pratiques pour comprendre les variations.

Nous reviendrons plus amplement sur les résultats de cette étude prochainement.

 

 

Code de vérification :*
<< Article précédent
Un nouveau site internet pour CTB-A+



soleil

Le temps à 5 jours
dans votre région

Prévisions détaillées à 4 jours
sur 5800 codes postaux
avec évolutions
toutes les 3 heures

  • BATIMAT se profile à l'horizon
  • Maisons individuelles, quoi de neuf depuis 10 ans ?
  • Les artisans, professionnels du patrimoine
  • La nouvelle campagne de communication en faveur de l'Artisanat
  • L'état de santé du bâtiment au T3 2009

Abonnement en ligne
à la revue