Accueil > Actus > Actualités > En France > Ce que les retraités de l'artisanat veulent 
06/04/2017

Ce que les retraités de l'artisanat veulent 

A un mois et demi de leur 33e congrès, les retraités de l'artisanat, regroupés au sein de la Fénara, nous ont fait parvenir leurs revendications. Nous les relayons d'autant plus volontiers qu'elles s'inscrivent dans la perspective des élections... 



Ce que les retraités de l'artisanat veulent 
© Fénara

Le 33e congrès de la Fénara se tiendra le 19 mai prochain au centre omnisports de Ghuilherand-Granges (Ardèche) non loin de Valence. L'occasion pour les retraités de l'artisanat de faire résonner haut et fort leurs revendications, en réaction notamment du gel de leur pension depuis 2014 et de la hausse de leurs impôts avec la fin de la "demi-part des veuves".

Ainsi, la Fénara demande une protection sociale de progrès et garantie avec :

• pour les retraités :
- garantir l'indexation des retraites sur les salaires et rétablir leur revalorisation le 1er avril ;
- défiscaliser les majorations de retraite et rétablir la demi-part supplémentaire des veuves ;
- augmenter les pensions de réversion de base en portant leur taux de 54 à 60 % ;
- garantir un montant minimum de retraite au moins égal à 1 300 € par mois pour les retraités ayant eu une carrière complète ;
- valider systématiquement, pour les artisans et les commerçants, quatre trimestres pour les périodes travaillées ;
- aligner les retraites des régimes spéciaux et du secteur public sur celles du privé ;

• pour l'accès aux soins :
- instituer une complémentaire santé obligatoire pour tous les retraités, avec un socle minimal de garanties adaptées à leurs besoins (remboursement total des prothèses auditives et dentaires, lunettes, honoraires médicaux, etc.) ;
- réduire le montant de la cotisation des complémentaires des retraités, en augmentant la solidarité intergénérationnelle et en instaurant une déductibilité fiscale de la cotisation ou le renforcement de l'aide à la complémentaire santé ;
- limiter les honoraires médicaux et les tarifs des dispositifs médicaux ;
- mieux répartir les médecins sur tout le territoire ;

• pour l'autonomie :
- continuer d'augmenter l'Aide personnalisée d'autonomie (APA), à domicile et en établissement, étendre son bénéfice aux GIR 5 et 6* (dépendances moins lourdes dépendant actuellement des caisses de retraite) ;
- intensifier le soutien aux aidants : doublement de l'aide au répit, aides financières pour leur complémentaire santé et pour placer le proche aidé en établissement quand le maintien à domicile devient trop lourd ;
- voter rapidement une loi qui réduise la charge du coût des maisons de retraite pesant sur les familles ;
- instituer un prélèvement national obligatoire dû par toute la population, pour augmenter le financement de la prise en charge de la dépendance à domicile et en établissement ;
- rendre obligatoire une assurance autonomie complémentaire, dès l'entrée dans la vie active. Elle doit être encadrée par les Pouvoirs publics et rendue accessible aux personnes à bas revenus par des mesures sociales et fiscales.

GIR : Les groupes iso-ressources (GIR) permettent de classer les personnes en fonction des différents stades de perte d'autonomie. Ils sont au nombre de six. Le GIR 5 désigne les personnes qui sont relativement autonomes dans leurs activités : elles se déplacent seules, mais ont besoin d'aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas, l'entretien du logement. Le GIR 6 concerne les personnes autonomes dans tous les actes de la vie courante. 

Code de vérification :*



soleil

Le temps à 5 jours
dans votre région

Prévisions détaillées à 4 jours
sur 5800 codes postaux
avec évolutions
toutes les 3 heures

  • BATIMAT se profile à l'horizon
  • Maisons individuelles, quoi de neuf depuis 10 ans ?
  • Les artisans, professionnels du patrimoine
  • La nouvelle campagne de communication en faveur de l'Artisanat
  • L'état de santé du bâtiment au T3 2009

Abonnement en ligne
à la revue