Accueil > Actus > Actualités > En France > Bétons et empreinte carbone des bâtiments : Parution du Guide de recommandations 
19/10/2017

Bétons et empreinte carbone des bâtiments : Parution du Guide de recommandations 

CIMbéton, la FIB (Fédération de l'industrie du béton) et le SNBPE (Syndicat national du béton prêt à l'emploi) ont publié un Guide de recommandations et d'aide à la prescription pour atteindre des objectifs de réduction de l'empreinte carbone des bâtiments.



Bétons et empreinte carbone des bâtiments : Parution du Guide de recommandations 
© CIMbéton/FIB/SNBPE

Ce guide, édité dans la collection Solutions béton et signé par CIMbéton, la FIB (Fédération de l'industrie du béton) et le SNBPE (Syndicat national du béton prêt à l'emploi), vise à accompagner les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'œuvre pour atteindre des objectifs de réduction de l'empreinte carbone des bâtiments.

Au travers d'une méthodologie descriptive des principaux leviers d'actions dans le cas de systèmes constructifs en béton, le maître d'œuvre pourra prendre en compte les contributions du matériau, en termes de performances fonctionnelles, techniques et économiques dans le processus d'écoconception de son bâtiment et garantir ainsi l'atteinte des objectifs au maître d'ouvrage. 

Le label E+C- en cours d'expérimentation met l'accent sur la réduction de l'empreinte carbone en complément du renforcement de l'efficacité énergétique des bâtiments. Le but est aussi de réaliser des bâtiments neufs dans un modèle de développement local et d'économie circulaire.

Nouvelle réglementation environnementale des bâtiments : quels objectifs ?

Pour la filière béton, l'enjeu est de répondre à une nouvelle exigence réglementaire liée à l'empreinte carbone des bâtiments tout en veillant à l'ensemble des autres exigences auxquelles un projet doit répondre. Le critère à atteindre s'exprime en émissions de gaz à effet de serre (Eges) sur l'ensemble du cycle de vie d'un bâtiment au niveau global et au niveau des seuls produits de construction et équipements (PCE). D'une manière générale, le gros œuvre représente à lui seul entre 30 et 50 % de l'Eges PCE et 15 à 25 % de l'Eges Global.

La filière béton propose de nombreuses solutions déjà largement plébiscitées par la maîtrise d'ouvrage et d'œuvre et les entreprises. Pour abaisser l'empreinte carbone des bâtiments, l'effort doit ainsi être réparti sur les différents lots (produits et équipements).

Le béton s'inscrit dans la démarche de l'expérimentation E+C- , compte tenu des progrès réalisés par la filière pour réduire l'empreinte carbone du béton et de la multiplication des innovations pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments (toiture-terrasse végétalisée, bétons isolants structurels, blocs coffrants isolants...). L'objectif de réduction de l'empreinte carbone vient compléter les exigences réglementaires existantes d'un bâtiment (structure, sismique, feu, acoustique, thermique...) et les exigences fonctionnelles spécifiques à chaque projet (gestion des eaux de pluie par la toiture ou à la parcelle). La prise en compte du cahier des charges complet par la maîtrise d'œuvre doit conduire à décliner la meilleure combinaison de systèmes pour répondre aux besoins du maître d'ouvrage.

La filière béton, très investie dans la démarche d'économie circulaire, pilote le projet national Recybéton visant à développer la part de bétons de déconstruction valorisée dans des nouveaux bétons ou dans le ciment. Ce projet offrira, à terme, de nouvelles opportunités de valorisation "matière". Les atouts du matériau dans de nombreux domaines continueront de justifier le rôle important de ce matériau dans les bâtiments. Renforcer l'approche collaborative pour réduire l'impact environnemental. En ce qui concerne l'intégration de l'aspect carbone dans la prescription des bétons, celle-ci doit se faire dès l'amont du projet, soit en phase de programmation, soit en phase de conception et d'étude (avant-projets sommaire et définitif). Ceci afin de bien intégrer les leviers de réduction, à savoir le choix approprié des classes d'exposition par partie d'ouvrage et l'optimisation des éléments de structure (forme, section, taux de ferraillage) ; sans oublier l'utilisation des données environnementales spécifiques (quand elles existent) en lieu et place des données par défaut.

A partir d'un objectif de performance environnementale clairement affiché par la maîtrise d'ouvrage, ces leviers permettent, à eux seuls, de réduire de plus de 20 % l'empreinte carbone du gros œuvre. Pour atteindre cet objectif, il est recommandé de s'adresser au fournisseur de la solution béton prêt à l'emploi ou préfabriquée qui aura été identifié à proximité du chantier, afin qu'il propose la ou les solutions le plus appropriées. Pour une performance environnementale visée, il peut en effet exister plusieurs formulations béton. Producteurs et industriels du béton doivent donc être consultés par les maîtres d'œuvre pour répondre en fonction des disponibilités locales sur la zone géographique concernée et des adaptations inhérentes aux conditions du chantier. Le fournisseur aura un devoir de conseil pour fournir la solution la plus performante du point de vue technico-économique au regard des objectifs. A ce jour, cette approche collaborative existe très peu, voire pas, en avant-projet. Elle doit assurément être renforcée afin de procéder aux meilleurs choix.

Code de vérification :*



soleil

Le temps à 5 jours
dans votre région

Prévisions détaillées à 4 jours
sur 5800 codes postaux
avec évolutions
toutes les 3 heures

  • BATIMAT se profile à l'horizon
  • Maisons individuelles, quoi de neuf depuis 10 ans ?
  • Les artisans, professionnels du patrimoine
  • La nouvelle campagne de communication en faveur de l'Artisanat
  • L'état de santé du bâtiment au T3 2009

Abonnement en ligne
à la revue